homepage_hero_thelionguard_v3_a765ceec

Synopsis :

Kion, le fils de Simba, recrute les membres de la Garde du Roi Lion. Les jeunes animaux doivent apprendre à utiliser leurs aptitudes uniques et à travailler en équipe afin de maintenir l'équilibre du Cercle de la vie.

Un téléfilm Roi Lion conçu pour être vu avant la série La Garde du Roi Lion
.

Kion-and-Mufasa-in-The-Lion-Guard

C’était fin novembre que Disney diffusait sur Disney Channel, le téléfilm-pilote de sa nouvelle série prévue pour janvier 2016, intitulée La Garde du Roi Lion. Une série qui recycle une fois plus, les succès considérables d’un classique Disney, comme la société aux grandes oreilles l’avait déjà fait dans les années 90 avec La Petite Sirène, Aladdin, Hercule et plus tard au début des années 2000, en lançant La Légende de Tarzan. Il semblerait donc que le studio n’ait pas eu peur de presser de nouveau le citron d’un carton d’antan, en reproduisant ce fameux schéma avec Le Roi Lion, succès immense, toujours considéré comme l’un des films majeurs de la firme, et ce pour la deuxième fois, puisque le film avait déjà fait l’objet d’une série dans les années 90, qui mettait en scène Timon et Pumbaa.

Sans titre-1

Dans La Garde du Roi Lion, on découvre comme par enchantement un nouveau gosse à Simba, puisque l’action se situe après le film de référence de 1994 et se présente également comme un midquel à sa suite de 1998, Le Roi lion 2 : L'Honneur de la tribu. Nous spectateurs qui pensions que Simba n’avait qu’une fille, prénommée Kiara que nous avions découvert dans Le Roi lion 2 : L'Honneur de la tribu, devrons nous faire à l’idée que cette dernière a un frère soudain du nom de Kion. Il faudra bel et bien adopter cette incohérence évidente pour pouvoir tant bien que mal apprécier La Garde du Roi Lion. Le film éponyme à la série prévue pour début 2016, et qui sert de pilote à cette dernière est en fait un moyen-métrage de 45 minutes, sans grand intérêt, du moins pour les plus âgés qui y seront attirés par nostalgie. Si le concept est bien trouvé, lui qui met en scène un Kion doté d’un rugissement impressionnant, décidant ainsi de fonder avec ses amis – d’ailleurs fort sympathiques – la fameuse garde du Roi Lion, dont lui a d’abord parlé son père Simba, le tout s’avère plutôt mou, et c’est là qu’on sent réellement que La Garde du Roi Lion s’adresse à un public jeune, on ne peut plus indulgent, qui ne relèvera pas les incohérences notables et saura apprécier La Garde du Roi Lion sans trop broncher, la conduisant ainsi vers le succès (?), ce qui rapportera une belle grosse somme (??). Si le fait de retrouver les personnages phares du chef-d’œuvre de 1994 est agréable, avec entre autres Simba bien sûr, Nala, Rafiki, les inimitables Timon et Pumbaa, et que l’animation ainsi que les graphismes sont d’une grande qualité, on peut difficilement en tant que spectateur «plus âgé», ne pas relever la futilité qui se dégage de cette (La) Garde du Roi Lion. Et ce malgré la mention de nouvelles chansons, parfois mentionnées dans des mises en scène très esthétiques qui rappellent d’ailleurs les séquences Je Voudrais Déjà Être Roi et Soyez Prêtes du film de 1994, on ne peut nier le fait que nous ne sommes pas dupes et que refaire des productions autour du (Le) Roi Lion en 2015 et avec un tel plot est presque risible. La Garde du Roi Lion a des personnages attachants, des graphismes très beaux, une certaine nostalgie, mineure certes, mais elle est là, mais le tout transpire la soif de fric. La Garde du Roi Lion saura donc à mon sens très facilement rencontrer son public jeune et archi-indulgent, et s’en contentera pour s’attirer de beaux billets verts. La magie dans tout ça ? Elle est en RTT. Par chance, si la série suit les traces de son téléfilm-pilote, elle restera correcte, car il faut le dire, La Garde du Roi Lion est loin d’être désastreuse pour le public qu’elle vise, puisqu’elle répond à toutes ses attentes et profite de son indulgence. On peut ainsi dire que Disney continue de jouer le scénario déjà lancé dans les années 90 avec les fameuses suites de grands classiques, toutes aussi laborieuses les unes que les autres hormis quelques rares pépites. La Garde du Roi Lion, qui sera lancée au pays de l’Oncle Sam d’ici janvier sur les chaînes Disney Junior et Disney Channel a les cartes en mains pour s’attirer une réussite financière, en revanche elle ne s’attirera pas une place dans nos cœurs comme se l’est attiré un bon nombre de classiques Disney qui ont ponctué notre tendre enfance.

Kion-Roars-in-The-Lion-Guard

 

 

 

 

 

 

Lewis