Sans titre-1

À l’aube du réveillon de Noël, grignotant les derniers chocolats de nos calendriers de l’Avent à l’approche de l’apogée d’une immersion orchestrée dans le « Christmas spirit », l’heure de la nostalgie est - comme chaque année en ces jours de décembre - la bienvenue ! Alors qu’à la télévision, une pluie de chaînes s’adonne à la rediffusion annuelle d’une avalanche de classiques hivernaux : de Maman, j'ai raté l'avion à Love Actually, en passant par The Holiday, il semblerait que l’énième recyclage (indémodable) des bons vieux « films de Noël » ait encore frappé.

tumblr_met9boQPYy1qb9oa5o1_500

Le tout dans une imagerie un tantinet kitsch, qui sent souvent bon les années 90, mais qui ravive en nous chaque année, une bonne dose de « guilty pleasures » filmiques, chocolat chaud à la patte. Sur une note nostalgique et en l’honneur du temps (révolu) où les bambins que nous étions croyaient encore au Père Noël, rallumons la flamme enfantine qui sommeille encore en nous, puisque Noël compte aussi – et évidemment – parmi ses classiques filmiques, ces tant aimés films d’animation qui furent les leitmotivs de notre enfance. Petite sélection de dix films du genre, pré-puberté :

« Dans la famille des dessins animés traumatisants de notre enfance, je voudrais… »

1. Le Petit Dinosaure et la Vallée des merveilles

457052

Vous l’aurez compris, Noël c’est également l’occasion de sortir des tiroirs nos vieilles VHS poussiéreuses… Parmi elles, doit sûrement demeurer chez vous, les reliques du (Le) Petit Dinosaure et la Vallée des merveilles, la jaquette un brin froissée. Puisqu’en effet, sorti à la toute fin des années 80, le long-métrage est indéniablement devenu cultissime, et si sa réputation s’accorde souvent à nous faire remémorer son charme, c’est principalement le souvenir macabre du décès de la mère de Petit-Pied dans les premières minutes du film qui a marqué les esprits… De quoi réveiller un traumatisme refoulé depuis l’enfance lors d’un visionnage en ces heures festives.

« Tu t’es déguisé en film Disney ? »

anastasia-not-disney

En guise d’excroissance des scintillantes paillettes arborées par notre sapin de Noël, quoi de mieux que les princesses aux robes affriolantes des dessins animés de la décennie 90 ?

2. Anastasia 

anastasia_poster__by_leonrock84-d9esxj8

Au cours de nos bonnes vieilles années 90, alors que le cyclone Disney balayait tout sur son passage avec des films anthologiques comme La Belle et la Bête, Aladdin ou encore Le Roi Lion, il était difficile pour d’autres firmes d’envisager un réel succès au box-office avec des dessins animés. C’est pourtant le défi de haut vol que se sont lancés les studios de la Fox Animation en 1997, avec leur tout premier long-métrage d’animation baptisé Anastasia. Un dessin animé au charme fou, encore aujourd’hui, souvent pris pour une œuvre des studios aux grandes oreilles dont il a de toutes évidences, empruntés bien des codes.

3. Le Cygne et la Princesse

Le_Cygne_et_la_Princesse

Mais durant cette décennie, les studios de la Fox Animation ne furent pas les seuls à affronter le géant Disney dans une arène hollywoodienne ambitieuse, puisque ceux de la Rich Animation tentèrent également leur chance avec un film comme Le Cygne et la Princesse par exemple, en 1994 – lui aussi, puisant dans l’imagerie des papas de Mickey.

« Walt Disney Pictures présente… »

Que serait une immersion nostalgique à travers la redécouverte des dessins animés qui ont ponctué notre enfance sans accorder aux Disney une énième heure de gloire ?

4. La reine des neiges 

21052146_20131023144339759

Si une part considérable de l’empire Disney pourrait prétendre à d’énièmes visionnages pendant la période des fêtes, quelques longs-métrages se fondent particulièrement, et ce à merveille, à la saison. Si l’hivernale (La) reine des neiges a conquis le public à rendre fous une armée de parents excédés – « Libérééééééééééééééééée, délivréééééééééééééée » - ; d’autres longs-métrages de la firme mériteraient d’être redécouverts avec plaisir aux heures de fêtes : comme le poétique à souhait Fantasia 2000, ou le chef-d’œuvre de Pixar, Toy Story, qui concrétise à lui seul le fantasme d’une multitude d’enfants, rêvant que leur cadeaux de Noël prennent vie après un déballage frénétique.

5. Fantasia 2000 / 6. Toy Story

Fantasia_2000 affiche-toy-story-23 

Outre ses grands classiques, Disney a tout de même déjà su se montrer crédible en matière de « films de Noël » à proprement parler. Puisque si l’on oublie leurs nombreuses compilations fainéantes regroupant de très anciens courts-métrages ou de plus récents, le tout relié par des scénettes directement dupliquées de Tous en boîte, comme ce fut le cas dans Mickey, la magie de Noël, par exemple ; Disney a malgré tout réussi à nous livrer de beaux métrages de Noël, comme ils l’avaient fait en 2004, avec le louable Mickey, il était deux fois Noël, digne successeur de Mickey, il était une fois Noël, sorti en 1999.

7. Mickey, il était deux fois Noël

open-uri20150422-12561-927f2o_c26e7d35

Pour ne citer qu’eux…

Disney certes... Cependant Noël est également l’occasion bienvenue de réveiller sa parodie de génie : j’ai nommé l’indémodable et jouissif Shrek ! Et pourquoi pas, redécouvrir aussi ses trois successeurs ! Du même studio (la DreamWorks Animation), le timide Les Cinq Légendes, sorti en 2012 est lui aussi le bienvenu quand vient frapper l’esprit des fêtes de fin d’année… Noël, c’est aussi, à travers ses classiques filmiques, l’occasion de redécouvrir des perles oubliées, livrées par d'autres studios, comme Le Pôle express par exemple. Souvenez-vous, c'était en 2004...

8. Shrek / 9. Les Cinq Légendes

69199338_af 20272137 

10. Le Pôle express

18396720

Sur ce, bonnes fêtes de fin d'année !

 

 

Lewis

Enregistrer

Enregistrer